Décodez les pleurs de bébé

Texte par:

Bébé pleure à grosses larmes et vous ne savez pas comment réagir. Ce gros chagrin signifie forcément quelque chose, mais comment adopter la bonne attitude? Vous n’aurez pas toujours réponse à tout, vous serez même parfois désemparé. Et s’il s’agissait surtout de comprendre que certains pleurs peuvent être comblés, et d’autres accompagnés. Explications.

La prunelle de vos yeux hurle, les poings accrochés au rebord de son lit, le visage écarlate et vous ne comprenez pas pourquoi. La première des choses à vous dire est que, quelle que soit la raison pour laquelle un enfant pleure, c’est toujours une tentative pour communiquer avec son entourage. Rassurez-vous, en approchant des trois mois, votre enfant utilisera une autre façon de s’exprimer via le sourire, les babillements… Mais en attendant, essayons de comprendre ensemble ce qu’il essaie de nous dire. Quand bébé pleure par réflexe Bébé Sam suce tranquillement son pouce en écoutant sa berceuse et tout à coup, il se met à hurler si fort que vous êtes persuadé qu’il a mal quelque part. Or, chez le nouveau-né, les soudaines crises de larmes sont souvent une réaction face à une situation désagréable ou mal vécue. Premier réflexe à avoir: on vérifie si bébé n’a pas de la fièvre (au-delà de 38 degrés, on appelle le médecin) ou les fesses rouges. Peut-être a-t-il faim? Si c’est le cas et que vous estimez qu’il n’est pas encore l’heure, ne soyez pas trop rigide. Tout petit, bébé doit pouvoir se nourrir au gré de ses besoins comme lorsqu’il était encore in utéro. Ne vous inquiétez pas, en grandissant, il espacera tout seul les tétées ou le biberon.

L’incertitude demeure face aux pleurs survenant en fin de journée

Chaque soir, lorsque la nuit tombe, votre bébé pleure. Vous le remettez au lit après un câlin, mais il se remet à sangloter une fois que vous avez quitté la chambre. Vous le reprenez, le reposez et à nouveau, ses yeux se remplissent de larmes. Et c’est la même chose tous les soirs, à la même heure. Pas toujours faciles à supporter, ces pleurs sont pourtant nécessaires à certains enfants pour régler leur sommeil. Ces rythmes durent 45 minutes à la naissance, puis deviennent progressivement plus longs. En effet, le sommeil s’apprivoise et se cale doucement; il est donc indispensable d’être patient. Ces pleurs de fin de journée sont d’autant plus frustrants que les spécialistes n’ont pas véritablement trouvé d’explication véritable, mais plutôt des hypothèses: fatigue ou besoin d’évacuer les tensions de la journée, peur face à la nuit qui tombe. La seule solution en attendant que ces pleurs se rarifient, c’est d’être présent à chaque fois que bébé en éprouve le besoin.

Les pleurs de réflexe

Bébé a commencé à téter votre sein, puis il s’arrête brusquement. Il se met à pleurer, puis essaie à nouveau pour finalement se mettre à hurler. Il s’agit sans doute d’un problème de gaz. Faites-lui faire une pause afin de lui laisser la possibilité d’évacuer le trop plein d’air de son estomac. Lorsque son système digestif sera plus mature, les coliques disparaîtront. Si votre tout petit semble réellement incommodé, n’hésitez pas à consulter votre pédiatre qui recherchera une éventuelle allergie alimentaire. Enfin, une porte qui claque, un aboiement de chien ou un visage inconnu peuvent déclencher des pleurs. Il est effrayé. Chuchotez-lui des mots doux à l’oreille en le berçant au creux de vos bras. N’écoutez pas ceux qui vous diront que le bercement peut rendre un enfant capricieux; c’est un geste naturel qui réconforte votre enfant, rien de plus. Ecoutez votre cœur, pas forcément votre entourage. Car, quand les proches critiquent la mère: «tu vas en faire un froussard à force de le prendre dans les bras!», «Ton lait n’est pas suffisamment nourrissant, complète avec un biberon ou il va mourir de faim!», votre bébé capte vos tensions et pleure davantage. Afin d’instaurer un climat rassurant, n’hésitez donc pas à rétorquer à ceux qui vous reprochent votre approche que chaque enfant est unique et mérite donc toute l’attention nécessaire. Et si vous vous sentez débordée, appelez à la rescousse une meilleure amie ou des grands-parents bienveillants afin de pouvoir souffler un peu.

Share