La bronchiolite

La bronchiolite

La bronchiolite est transmise par le VRS (virus respiratoire syncitial).

Vrai et faux. Si la majorité des bronchiolites est due au VRS, d’autres virus respiratoires (grippe, rhume) peuvent en être à l’origine.

Ce virus se propage très vite.

Vrai, car il se transmet surtout par le biais des mains et des objets contaminés. Il peut survivre 6 heures sur les surfaces (meubles, poignées, jouets…), 3 heures sur des gants en caoutchouc, 45 minutes sur des textiles et 20 minutes sur les mains.

L’épidémie frappe chaque hiver.

Vrai, mais avec des différences sensibles: les années impaires sont plus virulentes que les années paires. 

Une fois infecté, l’enfant est immunisé.

Faux Celle-ci étant de courte durée, il peut être victime de deux bronchiolites la même année.

Certains enfants sont plus exposés que d’autres.

Vrai pour les prématurés, les nourrissons de moins 6 semaines nés en hiver, les bébés ayant une pathologie sous-jacente respiratoire, cardiaque ou immunitaire et ceux vivant dans un environnement irritant (tabagisme).

Les lieux de vie collective sont propices à la contagion.

Vrai Le virus se propage le mieux en collectivité (crèches, transports publics…).

La bronchiolite débute comme un banal refroidissement.

Vrai Bébé a le nez qui coule, une petite toux et parfois de la fièvre. A ce stade, une consultation chez le pédiatre s’impose pour les petits de moins de trois mois.

Pour les plus âgés, la vigilance est de rigueur.

Vrai En peu de jours, l’infection se propage du nez vers la trachée, les bronches et les bronchioles qui s’obstruent par l’accumulation de mucus. L’état du tout-petit se dégrade : nez bouché, respiration haletante et sifflante, accentuation des quintes de toux, incapacité de s’alimenter correctement. Des signes de détresse respiratoires peuvent surgir : creusement entre les côtes et au-dessus du sternum, battements des ailes du nez, gémissements, changement de la coloration de la peau. A ce stade, mieux vaut se rendre immédiatement aux urgences.

Une bronchiolite dure une semaine

Faux Il faut compter plutôt deux semaines et la toux peut persister plus longtemps.

En cas d’infection sévère, quel traitement ?

Il consiste d’abord à désobstruer le nez de l’enfant. De lui donner de l’oxygène s’il en manque. De l’alimenter s’il ne peut plus le faire, soit par perfusion, soit par sonde. Des suppositoires sont prescrits en cas de fièvre, de même des antibiotiques s’il y a surinfection. Pas ou peu de broncho-dilatateurs car, seuls, certains enfants y répondent favorablement. Itou de la physiothérapie qui ne change pas grand-chose dans l’évolution de la maladie et n’évite pas les hospitalisations.

© Miroslav Beneda - Fotolia.com

Sept gestes à retenir :

- Laver le nez du bébé à l’aide d’un sérum physiologique 1 à 2 fois par jour.
- Fractionner ses repas (surtout si le bébé tousse).
- Lui donner souvent du lait mais en petites quantités.
- Désobstruer son nez à l’aide de gouttes nasales prescrites par le pédiatre.
- Garder tant que possible bébé à la maison et éviter de côtoyer des personnes enrhumées.
- Bien aérer la maison et respecter une hygiène rigoureuse
- Eviter de partager avec d’autres enfants les jouets contaminés.

Share