Cosmétiques bébé: Cap sur le naturel

Texte par:

la différence des médicaments, les produits cosmétiques ne sont pas soumis à une autorisation de mise sur le marché. Leur commercialisation s’effectue sous la simple responsabilité du fabricant! Il existe bien une liste des ingrédients autorisés dans les cosmétiques en Europe. Mais en Suisse, la loi n’oblige pas à indiquer la liste des ingrédients sur leur emballage. Alors, comment s’y retrouver dans cette jungle d’étiquettes souvent incompréhensibles? Fautil privilégier les produits bio ou ceux achetés en pharmacie? Notre salut à tous passe-t-il par les soins naturels à base de plantes? Explications avec la doctoresse Stéphanie Liardet, dermatologue à Lausanne et ancienne cheffe de clinique au CHUV.

On lave moins bébé

La peau de bébé est très sensible, incapable de se défendre et très perméable aux substances chimiques. Il est donc préférable de la laisser se développer à son propre rythme et d’éviter de multiplier les soins. «Plus on multiplie les sources potentielles d’allergies, plus le risque est grand d’en développer», explique la doctoresse Liardet. On essaie alors de trouver un produit qui correspond à notre enfant et on évite d’en changer sans arrêt. Une hygiène à outrance peut conduire au desséchement de la peau et provoquer des irritations. «Inutile de donner le bain tous les jours, ajoute-t-elle. Un bain tous les 2 ou 3 jours suffit, surtout pour les peaux les plus réactives. Pour sécher, on tamponne bien la peau. Et surtout dans les plis où l’eczéma et les irritations se développent en priorité». Et tant que bébé a peu de cheveux, on renonce au shampooing.

Quels produits choisir?

Dans tous les cas, «il faut choisir des produits spécialement formulés pour les enfants et si possible hypoallergéniques. Un savon surgras ou un pain dermatologique, un shampooing et une crème hydratante suffisent en tout et pour tout. Il faut avant tout privilégier une crème qu’on aime, à appliquer régulièrement. Si l’enfant n’est pas allergique, les produits de soins trouvables en supermarché conviennent très bien», poursuit la spécialiste. Et pour le siège, elle recommande le lavage à l’eau et l’application d’une pâte au zinc telle que l’Oxyplastine. On peut aussi utiliser un liniment oléo-calcaire, un produit naturel disponible en pharmacie ou à fabriquer soi même. Et surtout, on bannit les lingettes irritantes. Les allergies sont quant à elles impossibles à prévoir car, comme le rappelle Stéphanie Liardet, une personne sur trois est allergique. Et ces allergies peuvent être dues à tout et n’importe quoi. Bio ou fait maison? Acheter des cosmétiques bio pour bébés? Pourquoi pas! Plus qu’un effet de mode, c’est aussi une garantie que bon nombre d’ingrédients dangereux ne seront pas utilisés. En ce sens, le label Ecocert semble l’un des plus sérieux. Mais consommer bio ou acheter en pharmacie n’élimine pas pour autant les risques d’allergies chez les tout-petits. Certains ne veulent prendre aucun risque et se lancent dans la fabrication de cosmétiques naturels. On trouve de nombreux livres ou blogs Internet sur le sujet. La cosmétique verte a de beaux jours devant elle… Mais sachez que les plantes (avocat, rose, etc.) sont très souvent bien plus allergisantes que les molécules chimiques, mieux contrôlées, souligne la doctoresse. Alors tant que bébé ne fait pas de réaction cutanée, on se rassure, on reste fidèle au même produit et on fait attention à la liste des ingrédients.

Les ingrédients à éviter

• Les parabènes:

ces conservateurs traversant la barrière cutanée, l’Union Européenne a même parlé de les interdire. La mode est désormais aux formules «sans parabènes». Les conservateurs qui les remplacent ne seraient pas forcément plus sûrs et s’avèreraient bien plus allergisants que les parabènes qui sont généralement bien tolérés. Dans le doute, on choisit une formule «sans conservateurs».

• Les phtalates :

«parfum», «fragrance», «aroma» ne figurent pas toujours sur les étiquettes. Ces molécules parfumées sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens et 26 d’entre elles sont des allergènes reconnus. Faut-il alors leur préférer les huiles essentielles? Non, car elles aussi peuvent être allergisantes. Le mieux, c’est de choisir une formule «sans parfum»!

• Camphre, eucalyptol et menthol:

ces huiles essentielles provoqueraient des convulsions. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recommande aux industriels de ne plus les incorporer aux cosmétiques destinés aux moins de 3 ans.

• Mais aussi:

le formaldéhyde, l’éthanol ou le phénoxyéthanol.

 

Conseils malins

• Vive le flacon-pompe! Plus hygiénique, il limite les contacts du produit avec l’air, la lumière mais aussi les microbes. Et nécessite donc moins de conservateurs.

• On évite les lingettes. On les réserve pour les voyages car elles sont souvent imbibées de parfums, mais aussi de conservateurs pour maintenir leur humidité.

• On bannit les gants de toilette, éponges et autres nids à microbes.

• Pour laver bébé, on se sert de nos mains.

• On choisit des formules simples. Plus une formule est simple, moins elle fait appel à la chimie de synthèse.

• On respecte les doses. Inutile d’en rajouter, le produit ne sera pas plus efficace.

• Inutile de parfumer bébé. Si l’on y tient vraiment, on utilise des eaux de senteur garanties sans alcool, et encore!

• On évite d’exposer bébé au soleil. La doctoresse Liardet recommande de choisir une formule spécialement formulée pour les enfants, avec des filtres solaires minéraux et non pas chimiques.

Share