Allô maman bobo

Allô maman bobo

Texte par:

Outre-Sarine, une formation aux premiers secours est désormais à la disposition des parents – et bien sûr grands-parents, oncles, tantes ou nounous – soucieux de savoir comment réagir en cas d'urgence. Cerise sur le gâteau, le cours a lieu chez vous! L'animatrice se charge d'apporter le matériel nécessaire. Il ne vous reste plus qu'à constituer le groupe. Jusqu'à six adultes peuvent participer, et les enfants sont également les bienvenus. Ainsi, vous n'avez même pas besoin d'embaucher une baby-sitter pendant que vous apprenez les gestes qui sauvent. Dans ce cadre intime, les animatrices proposent des cessions adaptées aux besoins des grands et des petits. Et ce, tout en restant ludique. C'est l'occasion de poser des questions concrètes que vous n'oseriez sûrement pas formuler au sein d'un groupe plus impersonnel. Ce projet intéressant, on le doit à Elisabeth Wetzstein et Sibylle Heldstab, deux infirmières expérimentées de l'hôpital pour enfant de Zürich.

L'événement déclencheur

«Tout a commencé quand un nourrisson est arrivé aux urgences après s'être étouffé», raconte Elisabeth Wetzstein qui travaille depuis 30 ans au service des urgences pédiatriques. Heureusement, le petit, qui avait simplement avalé une chips, s'en est bien sorti. Comme on peut facilement l'imaginer, les parents étaient affolés et soucieux de savoir ce qu'ils auraient dû faire. Ainsi, Madame Wetzstein leur a montré les gestes appropriés, tout en les encourageant à tenir l'enfant pour simuler les premiers soins. Le couple était ravi. A cet instant, le projet est apparu clairement à l’infirmière. Il fallait transmettre les gestes de première urgence à la maison, s'entraîner avec un mannequin, mais aussi avec son enfant.

La professionnelle spécialisée en pédiatrie, soin intensif et réanimation voulait inventer quelque chose de pratique pour les parents. «Après de nombreuses expériences au service des urgences pédiatriques, j'avais envie de résumer l'essentiel des premiers secours.» Mère de quatre grands enfants, Elisabeth Wetzstein s'efforce de transmettre un savoir utile, sans pour autant provoquer de l'angoisse. Pour mieux répondre aux attentes de ses «élèves», elle adapte régulièrement les cours en s'appuyant sur les idées soumises par les papas et mamans. Son approche est véritablement pédagogique. Tout est mis en œuvre pour que les notions apprises, le soient de manière durable. 

De petits gestes pour une grande efficacité

Madame Wetzstein est persuadée que la plupart des accidents graves touchant les enfants peuvent être évités grâce à des gestes simples et efficaces. Les chutes en tout genre  trampoline, table à langer, chaise haute, vélo, etc. – sont les formes les plus courantes. Les brûlures ne sont pas rares non plus. La noyade, quant à elle, est la cause de mortalité la plus fréquente chez les petits de 1 à 5 ans. «Beaucoup trop de personnes en charge de jeunes enfants n'ont pas conscience qu'ils peuvent se noyer très rapidement, sans faire un bruit et dans très peu d'eau», prévient l'experte. «Les petits doivent toujours être à proximité des adultes quand ils se baignent.»

S'il n'est jamais drôle de se faire mal, il ne faut pas oublier que les accidents font partie de l'apprentissage de la vie. Toutefois, il est essentiel de savoir juger l'état d'un enfant blessé pour éventuellement aller chercher de l'aide ou effectuer les bons gestes. e

Plus de renseignements sur le site www.erste-hilfe-im-kinderzimmer.ch

Share