Le lait, pas toujours si innocent

Le lait, pas toujours si innocent

Quand elle a commencé à allaiter son nouveau-né, Lucie a été convaincue de lui offrir le meilleur. Mais d’entrée le petit Basile a mal réagi. Vomissements après la tétée et fortes diarrhées ont laissé supposer une allergie aux protéines bovines ingérées par sa maman. Le nourrisson régurgitait dès que sa mère avait consommé du lait ou des laitages. Quand faut-il suspecter cette allergie la plus courante chez les toutpetits et comment y faire face ? Le point avec le pédiatre et allergologue lausannois Bernard Pelet.

Babymag.ch : Lorsqu’un bébé vomit ou présente de l’eczéma, le diagnostic d’allergie au lait de vache est-il vite posé?

Bernard Pellet: Non, mais on peut le suspecter. Lorsqu’il y a association de troubles digestifs (coliques, vomissements ou diarrhées) et une atteinte cutanée (urtiquaire ou eczéma) et/ou respiratoire (rhinite, bronchite asthmatiforme), voire même une réaction anaphylactique, on pense à une allergie alimentaire. Et comme le lait maternel ou de substitution est le seul aliment du nouveau-né, on suspecte les protéines bovines.

A partir de quel âge un enfant peut-il être touché?

Dès la naissance vu qu’il réagit parfois lorsque sa mère, qui l’allaite, absorbe des produits laitiers. Elle devra donc cesser l’allaitement ? Surtout pas, mais la mère qui allaite devra s’abstenir de tout laitage. Si l’allaitement n’est pas possible, remplacer le lait maternel par un lait dit HA (hypoallergénique). Ou pour un lait totalement exempt de protéines bovines, aussi appelé hydrolysat de protéines. Mieux vaut démarrer très tôt avec ce lait car il a un goût de soufre assez terrible… Certains nouveaunés s’y habituent très bien.

Ne peut-on pas essayer d’autres laits?

De chèvre, de brebis, d’ânesse ou de soja ? Ou d’amandes et de riz ? Vous pouvez tenter le lait de chèvre, d’ânesse ou de jument mais les allergies reprendront le dessus après une quinzaine de jours dans la plupart des cas. Les enfants allergiques aux protéines bovines le sont également aux protéines du lait des autres mammifères. Et au soja aussi. Concernant les laits de riz ou d’amandes, ils sont tout à fait impropres au besoin des enfants. C’est un peu de céréales et de l’eau! Mieux vaut établir un régime adéquat avec une diététicienne.

Un parent sensible au lait de vache risque-t-il de transmettre son allergie à son enfant?

En matière d’allergie, un enfant dont un parent est allergique a 40 % de risque de l’être lui aussi. Si les deux parents en souffrent, la probabilité s’élève à 70 %.

Un enfant sera-t-il allergique au lait à vie?

Non. Dans la plupart des cas, l’allergie disparaît vers 2 ans. Cela dit, d’autres allergies peuvent prendre la relève. Certains pollens ou les acariens pour ne citer que ceux-ci.

Share