Le diabète chez l'enfant, qu'est-ce que c'est?

Texte par:

En Suisse, on estime que 5% de la population est atteinte de diabète, soit environ 500 000 personnes. Il est important de comprendre cette maladie, son traitement et ses enjeux afin de minimiser son impact chez un enfant diabétique.

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète est une maladie qui concerne la gestion du sucre dans le sang. Bien qu’il y ait plusieurs types de diabète, dont les plus connus sont le diabète de type 1, le type 2 et le diabète gestationnel, leur point commun est un taux de sucre anormalement élevé dans le sang (on parle d’hyperglycémie). Si le sucre n’est pas correctement utilisé par notre organisme, il va se déposer dans les tissus et progressivement, au fil du temps, amener à des troubles au niveau des vaisseaux sanguins, dégrader les yeux, les reins, les nerfs et d’autres organes importants.

Qu’est-ce qui régule le taux de sucre dans le sang?

Il y a plusieurs acteurs pour cette tâche, notamment des cellules spécialisées, appelées cellules β, qui sont localisées dans le pancréas. Leur rôle est de libérer dans le sang une hormone très importante, appelée «insuline», en fonction du taux de sucre qui s’y trouve. Plus il y a de sucre dans le sang, plus les cellules β vont libérer de l’insuline.

 
A quoi sert l’insuline?

L’insuline est une hormone qui permet aux cellules musculaires et graisseuses d’assimiler le sucre afin de l’utiliser pour leurs tâches. Après un repas, lors de la digestion, les aliments ingérés vont libérer le sucre qu’ils contiennent dans le sang. Les cellules β vont capter une partie de ce sucre et, en réponse, vont libérer de l’insuline dans le sang. L’insuline va donc permettre à ce sucre provenant des aliments d’entrer dans les cellules musculaires et graisseuses, faisant ainsi diminuer le taux de sucre dans le sang.

Le diabète chez l’enfant

Les enfants âgés de 6 mois à 18 ans environ sont principalement affectés par le diabète de type 1, aussi appelé diabète insulinodépendant ou juvénile. Ce diabète concerne environ 10% des diabétiques. Le diabète le plus fréquent est le diabète de type 2, touchant 90% des diabétiques. Comme pour les autres types de diabète, l’hérédité joue un rôle. En effet, on estime que le risque est de 5% quand l’un des parents de premier degré est touché par la maladie. Il passe ensuite à 30% si deux parents sont diabétiques et atteint 50% lorsqu’on a un jumeau ou une jumelle souffrant de diabète.

 
Que se passe-t-il pour l’enfant atteint?

Chez un enfant qui a un diabète de type 1, le plus souvent, les cellules β βsont détruites par une réaction auto-immune. C’est-à-dire que le système immunitaire considère (pour des raisons inconnues) ces cellules spécialisées comme étrangères à l’organisme et les élimine. La conséquence de cela est qu’un enfant présentant un diabète de type 1 ne produit plus d’insuline. De ce fait, son sucre sanguin ne peut plus entrer dans ses cellules.

Quels sont les symptômes?

Les symptômes sont liés à l’excès de sucre dans le sang. Ils comprennent:
• une soif intense;
• des urines fréquentes durant la journée et durant la nuit (cela est flagrant notamment lorsque votre enfant recommence à faire pipi au lit);
• une perte de poids importante malgré un appétit conservé, voire augmenté;
• fatigue et somnolence;
• apathie ou irritabilité;
• des infections récurrentes aux organes génitaux.

Poser le diagnostic

Le diagnostic d’un diabète se fait par le constat de la présence des symptômes décrits ci-dessus et surtout par la mesure de la concentration du sucre dans le sang, qu’on appelle la glycémie. Les glycémies se mesurent via un prélèvement sanguin chez le médecin. Une autre façon de mesurer la glycémie est à l’aide d’un glucomètre (appareil mesurant la glycémie) et d’une petite piqûre au doigt lors d’une visite dans une pharmacie par exemple. L’annonce du diagnostic est très souvent ressentie comme un choc pour les parents et l’enfant. La découverte de cette maladie implique des changements importants dans le quotidien de la famille et nécessitera une prise en charge qui durera toute la vie.

 
Le traitement

Comme les enfants sont essentiellement touchés par le diabète de type 1, le traitement repose principalement sur l’injection d’insuline. Il existe différents types d’insuline qui font entrer plus ou moins rapidement le sucre dans les cellules. Le choix de l’insuline ou des insulines est discuté avec le médecin et l’équipe soignante selon le quotidien et les préférences de chaque enfant et des parents. Le traitement comprend également des recommandations alimentaires et une éducation thérapeutique pour les parents et l’enfant selon son âge. L’éducation thérapeutique et la compréhension de la maladie sont importantes. En effet, le diabète de type 1 étant une maladie incurable, il est essentiel de bien comprendre ses mécanismes et les complications potentielles afin de correctement la gérer au fil des années. 

Les contraintes au quotidien

La gestion du taux de sucre dans le sang étant complexe, l’enfant a besoin de ses parents pour l’aider à gérer ses glycémies. Cela implique plusieurs petites piqûres par jour au bout des doigts pour mesurer sa glycémie mais aussi des piqûres pour l’injection d’insuline. Il convient également de surveiller étroitement les glycémies de son enfant afin d’injecter la dose adéquate d’insuline. Si on injecte trop d’insuline, l’enfant peut présenter des symptômes d’hypoglycémie (soit un taux de sucre sanguin trop bas), à savoir sudations, tremblements, faim impérieuse, palpitations et de l’anxiété.
A ces lourdes contraintes s’ajoutent les aléas du quotidien, comme une activité physique imprévue ou un retard dans les repas, auxquels il faut être attentif car ils peuvent également faire descendre le taux de sucre dans le sang.

Les dangers

En l’absence d’insuline, les cellules de l’enfant vont utiliser davantage un autre carburant que le sucre pour les besoins énergétiques: les lipides. Cette substitution génère des corps cétoniques qui sont des acides organiques abaissant le pH sanguin. Cette élévation de l’acidité dans le sang, liée à l’accumulation de substances toxiques pour l’organisme, peut entraîner un coma diabétique, voire une issue fatale. L’acidocétose diabétique est une urgence médicale majeure et reste une importante cause de décès chez l’enfant.

Quel est le rôle des parents d’un enfant ayant le diabète?

Le rôle des parents dans le quotidien d’un enfant diabétique est au coeur du traitement et de la santé de l’enfant. En effet, les parents doivent bien comprendre la maladie, le traitement, l’alimentation, le rôle de l’équipe soignante et les risques sur le long terme. L’enfant prendra ensuite le relais et pourra gérer sa maladie.
Au quotidien, les parents sont appelés à effectuer ou à guider leur enfant à faire les gestes suivants:
• encourager un horaire de repas et de collations régulier;
• assurer une alimentation et un mode de vie sains;
• tester le taux de glycémie en moyenne 5 à 8 fois par jour;
• administrer des doses d’insuline selon le plan prescrit par l’équipe soignante;
• reconnaître les signes d’hypoglycémie et d’hyperglycémie;
• instaurer des plans d’intervention clairs en cas d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie;
• prévoir une continuité des soins avec l’entourage familial et scolaire;
• établir une liste de contacts en cas de besoin ou d’urgence.
Selon l’âge de l’enfant et son niveau de compréhension de la situation, il est important de discuter du diabète avec lui et de l’inclure dans les décisions le concernant. Plus il sera informé et se sentira impliqué, plus vite et mieux se fera l’apprentissage de l’autonomie.

Bien vivre au quotidien

Demeurer optimiste et éviter la dramatisation sont aussi d’excellentes bases de vie. Le diabète est certes une maladie complexe, sournoise et silencieuse, mais, passés l’apprentissage et la mise en application quotidienne des nouvelles règles imposées par la maladie, un enfant diabétique pourra mener une vie semblable à celle d’un autre enfant.

 
Share