Jamais sans ma bouteille!

Jamais sans ma bouteille!

Vous êtes enceinte

  • Les faits: C’est le moment de boire… pour deux. Imaginez: chaque heure, les échanges entre le liquide amniotique et la mère sont de l’ordre d’un demi-litre. Le poids du foetus se constitue à 90% d’eau pendant sa croissance.
  • Le truc: Durant la grossesse, la femme ressent davantage la soif qu’en temps normal. Efficace pour éviter la déshydratation, mais utile pour contrer également d’autres soucis comme la constipation fréquente durant la grossesse.
  • Le choix: Privilégiez l’eau plate pour éviter les ballonnements dus aux bulles des boissons gazeuses et évitez les eaux minérales riches en nitrates. Misez sur 1,5 à 2 litres par jour en eau, tisanes et infusions. Si vous n’y parvenez pas, pensez aux potages, froids au besoin, qui sont une bonne source d’hydratation et de vitamines. Les légumes verts (haricots, brocolis, etc.) répondent par exemple aux besoins accrus en vitamine 9. Et n’oubliez pas le lait, les jus de fruits, milkshakes, smoothies (sans sucre!) et autres jus de légumes, notamment pour leurs apports en calcium et en fibres. Gare à ne pas abuser des thés et cafés, excitants qui ne sont guère «bébé compatibles» tout comme l’alcool – qui ne l’est pas du tout – quel qu’il soit, qui passe directement de votre sang à celui de votre bébé.

Bébé vient de naître

  • Les faits: Si le corps de l’adulte est composé d’eau à 60%, celui du nourrisson compte 75% d’eau. C’est dire l’importance de l’hydratation pour les petits: leurs besoins en liquide sont de 3 à 5 fois plus importants que ceux des adultes. Il faut redoubler de vigilance durant l’été et plus encore si le petit souffre de diarrhée ou de fièvre.
  • Le truc: Si vous choisissez une eau en bouteille, prenez garde aux nitrates. Attention aux eaux dont la teneur dépasse 50 mg/litre: elles ne sont pas indiquées pour les bébés de moins de six mois, ni pour les femmes allaitantes d’ailleurs.
  • Le choix: Si vous allaitez, votre petit ne manquera pas de liquide et il risque de vous réclamer souvent à téter. Vous constaterez à ses urines, rares et concentrées, s’il manque d’eau. Il convient également de s’assurer qu’il mouille bien ses couches. Vous pourrez éventuellement lui proposer un peu d’eau (bouillie) ou de tisane (non sucrée), voire ajouter un peu d’eau à la préparation de lait en poudre. Tenez-vous en aux quantités prescrites par le pédiatre. Si votre bébé ne finit pas son biberon de lait, c’est qu’il est repu et il ne faut pas le forcer à ingurgiter davantage. S’il termine tous ses biberons jusqu’à la dernière goutte, vous pouvez peutêtre augmenter ses rations.

Junior rechigne à boire

  • Les faits: D’un côté, il y a les «assoiffés » qui descendent d’un trait les 3 dl du verre Bob l’Eponge. De l’autre, il y a ceux qui n’ont jamais soif. Il faut encourager leur consommation, en particulier lors des grandes chaleurs, des efforts physiques ou d’épisodes diarrhéiques ou fébriles. En moyenne, les enfants âgés de 1 à 8 ans ont besoin chaque jour de 0,9 à 1,2 litres de liquide.
  • Le truc: Si votre enfant ne boit pas assez, vous vous en apercevrez à la couleur foncée de ses urines ou s’il se plaint de maux de tête. Mais n’attendez pas ces signaux pour le faire boire! Multipliez les occasions de «boire un coup» même s’il ne s’agit que de quelques gorgées à la fois et proposez du lait à chaque collation pour ses besoins accrus en calcium.
  • Le choix: Au lieu de sodas trop sucrés, choisissez l’eau comme boisson de base. Vous pouvez y glisser une rondelle de citron ou la mélanger à un peu de jus de fruits si votre enfant n’apprécie guère l’eau plate. Offrez-lui une gourde rigolote à l’effigie de ses héros favoris et agrémentez ses boissons de glaçons en forme d’étoiles de mer. Prenez garde à ce qu’il ne boive pas trop avant le repas, ce qui aurait des conséquences sur son appétit.
Share