Mille et une bonnes raisons de cuisiner avec ses enfants

Texte par:

Votre bambin est toujours dans vos pattes quand vous cuisinez? Il adore donner à manger à son doudou et concocter des soupes imaginaires? Alors n’attendez pas, faites en un petit cuisinier en herbe! Il développera ainsi un intérêt accru pour les aliments et les nouvelles saveurs, vous verrez!

Pourquoi tant de réticence à cuisiner avec nos tout-petits? Parce que, malgré tout l’amour qu’on leur porte, il faut reconnaître que ces petits galopins sont un peu comme des éléphants dans un magasin de porcelaine! On craint qu’il se tachent, qu’ils salissent, et plus que tout, qu’ils se blessent! Mais en étant si pragmatiques, on les prive d’une expérience ô combien enrichissante.

Faire ami-ami avec les légumes et voir des blancs d’œufs se transformer en neige

Mettre la main à la pâte va leur permettre de découvrir les différents aliments, de faire ami-ami avec les légumes, de voir des blancs d’œufs se transformer en neige ou de connaitre enfin le secret de la succulente tarte aux fraises de tante Ursula! Cuisiner avec les enfants, c’est perpétuer en effet certaines traditions mais c’est surtout préparer un autre bon moment: un repas en famille! Autre avantage de ces ateliers cuisinier: initier votre progéniture à de nouvelles saveurs. En effet, en les regardant, toucher, sentir les produits avant de les goûter, on sollicite les cinq sens. Par ailleurs, concocter un plat en leur compagnie vous donne l’occasion de parler des précautions à prendre en cas d’allergie alimentaire. Aidez-les à comprendre quels sont les éléments allergènes que l’on retrouve dans différents aliments et montrez-leur comment composer avec leurs allergies en les remplaçant par d’autres ingrédients.

Et l’aventure peut commencer dès le plus jeune âge: votre bébé est trop petit pour accomplir, même la moindre petite tâche? Approchez sa chaise haute afin qu’il vous regarde touiller, battre les œufs, pétrir, démouler, couper les légumes… cuisiner. Vous pourrez dès lors le familiariser avec les aliments et les ingrédients de base, lui en faire sentir ou toucher certains, etc. Il n’est jamais trop tôt pour bien faire ! Mais, pour assurer le plein succès de cette activité, il y a certaines règles d’or à respecter. Voici quelques trucs et astuces à connaître pour assurer le succès de cette activité.

La patience et le temps, des ingrédients indispensables!

Faites participer les enfants dès le choix de la recette: proposez-leur des plats dont vous êtes sûre qu’ils feront l’unanimité ou mieux, choisissez avec eux la recette qu’ils préfèrent. Vous pouvez aussi leur proposer un plat complètement inconnu, en le préparant avec vous, ils auront plus de facilité à accepter des aliments moins familiers. Mais, surtout, recherchez la simplicité. Essayez aussi de sortir du sucré: pourquoi pas préparer des hors d’œuvres pour accueillir papa ou maman quand ils rentreront du travail? Autre étape: les emmener faire les courses avec vous. Même si cet exercice relève souvent de la mission impossible, il peut être amusant et instructif pour eux d’apprendre à reconnaître les légumes ou les fruits mûrs, de tester le croustillant d’un pain, etc. Autre impératif: assurez-vous d’avoir suffisamment de temps, la patience est un ingrédient indispensable à la recette!

Avant de démarrer, on réfléchit bien aux ustensiles qu’on va utiliser. Certes, le couteau est dangereux mais on n’oublie pas qu’un coup de fourchette mal placé peut blesser. Et, surtout, on est clairs dès le départ: interdiction de se servir des ustensiles pour jouer au capitaine Crochet ou à la fée clochette! On privilégie les ustensiles en bois et en plastique. Concernant les bols, saladiers, pichets, on privilégie le plastique et l’inox. Expliquez-leur qu’un bon cuisinier prend soin de son matériel, qu’on saisit les objets encombrants à deux mains pour ne pas les faire tomber, qu’il faut être soigneux. Puis, préparez scrupuleusement le plan de travail avant de demander à vos enfants de se joindre à vous. Par exemple, pensez à nettoyer toutes les surfaces de travail qui seront utilisées, à sortir les ingrédients, le matériel et les ustensiles requis. Prévoyez de travailler sur une toile cirée: une fois la cuisine terminée, ils seront capables de prendre une éponge et de la nettoyer. Avant de commencer, lavez vos mains et dites à vos tout-petits de faire de même: ils doivent déjà connaître cette règle pour l’appliquer avant de s’asseoir à table… Demandez également aux filles de s’attacher les cheveux. Ensuite, on met un tablier et même en dessous, interdit de porter la robe préférée ou le tee-shirt Spiderman flambant neuf! Attention aussi aux chaussures: du caramel fondu sur le daim, ça ne part pas facilement!

Puis, lisez la recette en entier à vos enfants avant de commencer. Profitez-en pour leur expliquer la signification des différents termes utilisés. Ensuite, demandez-leur d’accomplir certaines tâches en fonction de leurs aptitudes. À deux-trois ans, on peut laver les aliments, les compter et les nommer, rompre le pain, touiller dans une sauce froide. À trois-quatre ans, on est capable de mélanger une salade de fruits, verser du liquide pré-mesuré dans une pâte, mélanger des ingrédients. À quatre-cinq ans, on casse les œufs, on aide à mesurer les ingrédients, on remplit un moule, on met la table et on range après la préparation. À six ans, on peut aider à élaborer un menu, fouetter des ingrédients avec un batteur, émincer des légumes. De sept à douze ans, on sait faire cuire des crêpes sous un œil attentif, préparer seul des plats froids, et participer à toutes les recettes.

Quel que soit le résultat, surtout, pensez à féliciter votre apprenti-chef pour son aide, encouragez-le (sans le forcer) à goûter ses créations. Est-ce assez salé, trop sucré, un peu acidulé? Y a-t-il trop d’épices ou pas assez? Est-ce que cela lui rappelle un autre plat? Vous l’aidez ainsi à éveiller et cultiver son goût. Cuisiner avec vos enfants fera toute la différence dans leur rapport à la nourriture lorsqu’ils seront grands. Et c’est à vous qu’ils le devront!

Share