Education et consommation

La permanence éducative est riche d’échanges. Un grand-père raconte :

« Nous, c’était pareil, sauf qu’à l’époque « tout» représentait beaucoup moins que maintenant». L’animatrice poursuit : « En effet, la publicité crée de nouveaux désirs qui doivent être satisfaits aussi rapidement que possible. Elle stimule des besoins pour tout âge et elle est partout présente. Nous sommes « poussés» à la consommation. Les stratégies utilisées consistent à casser l’autorité parentale, pour mieux permettre aux enfants d’assouvir leur soif de biens de consommation. »

Comment faire face à cela?

Une mère intervient : « C’est incroyable, mon fils de 3 ans a vu une pub pour des Playmobils. À la maison, nous n’en avons pas ; mais, un jour, dans le magasin, il a reconnu les boîtes vues à la télé». En effet, dès l’âge de 3 ans, l’enfant est capable de reconnaître le logo d’une marque, donc de retrouver les jouets dans le magasin. Par contre, ce n’est que vers 7 ans qu’il sera en mesure de voir le contenu publicitaire d’une façon critique. « Alors comment faire ? demande un père, on ne peut pas acheter parce que l’enfant en a envie».

L’animatrice poursuit la réflexion : « Désirer, c’est rêver, attendre, se réjouir, hésiter, faire un effort pour augmenter les chances. C’est un sentiment plutôt agréable. Bien sûr, attendre, ça s’apprend. Cela permet de réfléchir ensemble sur les pour et les contre. Le désir nous aide à construire un chemin vers un but, à faire des efforts pour l’atteindre.

Lorsque la petite flamme du désir s’éteint toute suite, il ne reste qu’un vide. Donc les enfants qui reçoivent facilement risquent d’avoir un seuil de frustration plus bas que les enfants qui doivent patienter ».

Une maman raconte alors : « Je trouve difficile de gérer la quantité de cadeaux que Lou reçoit à Noël. A son anniversaire aussi, elle est inondée de cadeaux. Je l’ai regardée déballer chaque cadeau. Cela l’amusait plus que le cadeau en soi, qu’elle mettait rapidement de côté pour ouvrir le suivant ». Je trouve exagérer de dépenser CHF 100.– et plus par cadeau pour une petite fille, qui s’amuse aussi bien avec du matériel récupéré ». C’est un bel exemple que nous apporte cette maman.

Comment gérer les fêtes avec plein de cadeaux ?

Autour de la table, des idées jaillissent : une grand-mère présente relate qu’elle a offert à ces cinq neveux de 4-10 ans un week-end en montagne et elle les a invités à un spectacle de contes organisé dans la région : les neveux auront des beaux souvenirs ensemble, car en effet ils ne se voient pas beaucoup entre eux. Voilà une belle idée... partager du temps ensemble, se cotiser pour des leçons de piano, se mettre à plusieurs pour offrir un cadeau utile. Un père complète : « Oser ranger des jouets pour les ressortir plus tard nous a aidé. En ce moment, mon fils fait beaucoup de puzzle, alors nous avons rangé les Lego dans une armoire. Les jouets, mis de côté quelque temps, deviennent à nouveau intéressants plus tard. L'animatrice complète : « L’enfant a aussi plus de facilité à se concentrer, lorsqu’il a moins de jouets autour de lui ». 

Comment apprendre à nos enfants à consommer équitablement ?

L’animatrice résume quelques outils : Utiliser l’imitation. Par exemple, l’enfant qui voit ses parents avec des envies, sans les exaucer forcément, va mieux accepter un « non ». Développer l’esprit critique : par exemple lorsqu’un père qui demande à son fils « ce sont les baskets que tu as vues dans la publicité. Que crois-tu qu’il faille pour courir vite ? Ces baskets ou s’entraîner ? »

Photo: © SerrNovik - Fotolia.com
 

Share