Se déguiser, c'est rêver sans dormir!

Superman, Robin des bois, princesse, coccinelle ou papillon... L' enfant est le roi du déguisement et adore endosser toutes sortes de costumes. Cela n'est pas anodin et contribue à son épanouissement. Le déguisement est pour lui un symbole de liberté, un moment où il règne sans partage sur un monde qui lui appartient.

  • La prise de conscience de soi

Le processus qui conduit l'enfant à vouloir se glisser dans la peau d'un autre est assez long et complexe. Il faudra attendre qu'il connaisse son identité propre pour lui proposer de se déguiser ou de se maquiller.

Le bébé commence à exister par lui même avec l'apparition des premiers sourires vers 3 mois. Ces sourires sont adressés aux personnes qu'il reconnaît et qu'il aime, il aura tendance à être effrayé vers 6 mois en présence de visages inconnus. Vers l'âge d'un an, il se moquera de sa peur et commencera à reproduire des gestes, davantage pour signifier ce dont il a envie que par imitation; par exemple porter un verre imaginaire à ses lèvres pour exprimer sa soif. Vers 2 ans, l'enfant copie son entourage avec une dose d'imagination... donne à boire à son nounours, mais il n'y a pas de liquide dans le verre. A 3 ans, il ne distingue pas le vrai du faux. Il joue à faire semblant mais pense que ses parents partagent toutes ses expériences. S'il a vu quelque chose, vous l'avez forcement vu aussi. Un déguisement, un maquillage peuvent l'effrayer. Il est une  personne à part entière, et lui demander d'être quelqu'un d'autre et bien trop compliqué. Si vous le déguisez en monstre, il est ce monstre. Lorsque sa maturité sera plus développée, il comprendra alors qu'il restera lui même quoi qu'il arrive, même sous l'apparence d'un autre. C'est l'étape de la dissociation. Vers 4 ans, l'imagination dont il fait preuve lui permet d'inventer des histoires dont il est le héros.

  • Pourquoi ce plaisir du déguisement?

L'enfant reproduit les gestes du quotidien mais bien vite son imagination va prendre le dessus et il aura besoin de rentrer dans la peau de personnages qui le font rêver, le fascinent. Sa capacité à se raconter des histoires est immense.

Ses lectures, la télévision, les amis de papa et maman vont l'inciter à vouloir faire des imitations. Se costumer, c'est revêtir une seconde peau, être l'autre. Il peut ainsi s'accaparer les droits des autres, se libérer complètement et s'éloigner de sa réalité. Il devient le maître du jeu, se rassure sur ces capacités et vit pleinement ses émotions.

Il a besoin de magie et s'identifiera alors au super-héros, à la princesse qui fera le bien grâce à sa baguette magique. Rêver de pouvoirs surnaturels le rassure sur le monde, il parviendra ainsi à l'appréhender en faisant le bien et en protégeant les gens qu'il aime.

Grâce au subterfuge du déguisement, il pourra défier l'autorité de ses parents en endossant par exemple le costume du policier et vous passer les menottes pour inverser les rôles.

Cette métamorphose dénote d'une envie de grandir. La petite fille en se mettant du rouge à lèvres et en empruntant les chaussures de sa mère se projette ainsi dans le futur de sa vie de femme.

Bien souvent les enfants choisissent comme modèles des héros plutôt que des personnages banals, sauf s'il s'agit de son entourage car pour lui, papa et maman sont des stars. Ainsi préfèrent ils être Peter Pan qu'un des enfants perdus, Zidane ou Messi plutôt qu'un footballeur lambda ou une reine plutôt qu'une ouvrière. Lorsqu'ils jouent, ils sont beaux, forts, aimés, défenseurs des faibles et des opprimés. Ils ont bien conscience que le monde réel n'est pas aussi fabuleux que dans leur imaginaire. Ils oublient leurs propres faiblesses et favorisent ainsi le développement de la confiance et de l'estime d’eux-mêmes. Ils espèrent devenir un jour aussi forts, invincibles que leurs modèles. Ils s'identifient complètement aux personnages qu'ils incarnent, pour eux, l'habit fait le moine.

Lorsqu'ils endossent le costume de méchant, ils exorcisent un peu les peurs et les angoisses qu'ils ressentent, quand c'est celui du prince charmant, ils veulent sécuriser et montrer combien ils aiment leur entourage.

Changer de sexe les amuse également beaucoup. Se mettre dans la peau de l'autre et en forcer les traits, rire, voire se moquer gentiment en imitant papa ou le grand frère avec ses travers, est un des jeux favoris des enfants.

Non content de vivre des histoires merveilleuses, l'enfant tient bien souvent à les faire partager. Il s'arroge ainsi le droit de faire passer des messages qu'il n'oserait sans doute pas exprimer sous sa véritable identité.

Le déguisement permet aussi un échange avec les autres. Créer des situations à plusieurs, distribuer des rôles permet de se sociabiliser et de développer le sens de l'organisation. En groupe aussi, ils seront fiers de vous solliciter pour présenter leur "pestacle" en arborant de beaux costumes.

L'enfant n'oublie pas qui il est mais cette transformation physique lui permet d'appréhender le monde et d'ambitionner d'avoir plus grand les valeurs véhiculées par ses modèles.

  • Quelles attitudes avoir en tant que parents ?

Tout d'abord, ne pas les forcer à se déguiser ou se maquiller. Certains enfants sont pudiques, timides et ont peur du ridicule. Il faut leur laisser le choix du costume, même le plus farfelu, que ce soit pour un défilé scolaire, un carnaval ou à la maison. Leur créativité est sans limites et leur offrir la possibilité d'imaginer leur déguisement encourage leur imagination. Une «malle aux trésors», remplie de vieux habits, de chapeaux et d'accessoires les plus hétéroclites fera leur ravissement. Montrez l'exemple si nécessaire, n'hésitez pas à vous ridiculiser. Se déguiser, c'est aussi rire de soi, des autres en toute bonhommie. Lorsqu'ils vous demandent votre avis, restez le plus vrai possible, argumentez sans jamais vous moquer. Il aura sans doute réfléchi bien longtemps avant de vous présenter sa petite prestation, encouragez-le sans le décevoir, cette désinhibition de lui-même est capitale pour sa construction. Si vous l'entendez jouer seul, laissez-le dans son monde, il est ailleurs bien loin de ses préoccupations et ce besoin d'évasion est tout autant important pour lui que pour vous.

Vous serez sans doute surpris des imitations qu'il fera parfois de vous, avec un réalisme qui vous enchantera et qui, certaines fois, pourrait même vous inciter à réfléchir sur vous-même!

Share