Manger deux fois…mieux en attendant Bébé!

Texte par:

Bien manger durant sa grossesse est primordial, mais les idées reçues sur la nutrition sont nombreuses… Quels aliments faut-il éviter ou privilégier pour avoir un bébé en bonne santé? Peut-on et doit-on se priver? Le point avec Peggy Ardissone, diététicienne

L’idée selon laquelle il faut manger pour deux lorsqu’on est enceinte est-elle fondée? 

Non, absolument pas. Quoi qu’en dise votre meilleure amie ou votre grand-mère, une future maman ne doit pas manger comme un ogre parce qu’elle porte un enfant. Chaque grossesse est unique, mais il existe une règle commune à toutes les futures mamans: il faut manger deux fois mieux plutôt que pour deux. Une notion infiniment plus qualitative que quantitative. 

Vouloir limiter la prise de poids pendant la grossesse, est-ce un bon réflexe? 

Cette démarche est nécessaire uniquement lorsque le poids de la maman est en surpoids ou en obésité. En effet, l’excès de corpulence est associé à des risques accrus de pré-éclampsie, de diabète gestationnel et d’obésité infantile; on encourage alors les femmes concernées à débuter leur grossesse avec un poids plus près de la normale. C’est le moment alors d’entamer un travail de rééducation alimentaire de manière à apprendre à la future maman à mieux manger mais surtout à adapter ses quantités en fonction de sa faim et de sa satiété. En effet, la jeune femme pourra même perdre du poids sur la durée une fois que de bonnes habitudes alimentaires auront été prises; plus elle va manger équilibré en adaptant ses quantités, plus son surpoids de départ va se résorber. Par ailleurs, ce travail est également intéressant pour les futures mamans qui n’ont pas de problème de poids mais qui souhaitent améliorer leur apport alimentaire, tant sur le plan qualitatif que quantitatif.

Quels sont les éléments essentiels à privilégier?

La règle N° 1 est d’avoir une alimentation saine, variée et équilibrée. La règle N° 2 (en fonction des recommandations de votre médecin ou gynécologue), c’est de complémenter son alimentation en vitamine B9 que l’on trouve dans les légumineuses: les lentilles, les pois secs (cassés, entiers, chiches), fèves et haricots secs (haricots blancs, rouges, noirs, romains, pinto, mungo, adzuki, soja, etc.). On en trouve également dans les épinards, les asperges, les brocolis, le cresson et les fruits oléagineux comme les noix, les amandes, les noisettes. Enfin, les graines de lin en sont pourvues. Les acides foliques contenus dans ces aliments sont précieux, car ils jouent un rôle essentiel au niveau génétique. Ils vont permettre chez l’enfant une meilleure croissance cellulaire et favoriseront la formation du système nerveux. Règle n° 3, ne pas oublier que pendant la grossesse, le besoin en protéines globales (végétales et animales) est augmenté par rapport aux besoins de base. Il est alors nécessaire de revoir les quantités de viande, poisson, oeufs et le nombre de produits laitiers qui seront adaptés aussi en fonction du trimestre de grossesse. Il est important également d’intégrer les pains, féculents et légumineux dans vos repas, la quantité dépendra de vos sensations de faim et de satiété. L’apport en produits animaux ne se compense pas: on en a besoin.

Et si l’on est végétarienne, comment faire?

Pour ceux qui n’aiment pas la viande, on peut penser aux oeufs et au poisson ainsi qu’aux produits laitiers et fromages. Si la future maman ne peut vraiment pas se résoudre à manger des protéines animales, elle doit avoir conscience que sa fatigue musculaire va augmenter au fur et à mesure de la grossesse. Qu’elle n’hésite pas alors à bien se faire suivre jusqu’à la venue du bébé.

Certains aliments sont-ils à éviter?

Pour l imiter les risques infectieux comme la toxoplasmose, je recommande tout d’abord une bonne cuisson des viande, et ce, sur toute l’épaisseur. De façon générale, même si vous adorez cela, évitez les viandes fumées ou marinées. Lavez vos légumes à plusieurs reprises et portez également la plus grande attention à l’hygiène de votre plan de travail et de vos ustensiles, ainsi qu’à celle de votre réfrigérateur. Enfin, évitez de consommer des crudités en dehors de votre domicile. Contre la salmonelle, conservez vos oeufs au frigo et dites adieu aux oeufs à la coque: la cuisson du blanc et du jaune doit être ferme. Attention aussi à la mayonnaise, à la mousse au chocolat, au tiramisu et autres pâtisseries qui peuvent contenir des oeufs crus. Pour éviter la listériose enfin, renoncez aux fromages au lait cru ou à pâte molle, et aux croûtes de fromage! La même vigilance doit être apportée aux charcuteries: pour une fois, préférez les produits pré-emballés au bon pâté du marché.

Les fruits de mer sont-ils dangereux?

Oui, quand ils sont crus. En effet, ces aliments peuvent contenir des parasites comme le ténia (aussi appelé «ver solitaire») qui peuvent entraîner une intoxication. Au restaurant, soyez vigilante à la bonne cuisson des plats préparés à base de noix de saint-jacques ou de crevettes par exemple. Idem pour les huîtres, les moules ou les coquillages.

Les addicts au café doiventelles changer leurs habitudes?

Je ne pense pas qu’il faille proscrire le café; tout dépend des habitudes de la future maman avant la grossesse. Si elle en prenait six par jour, il lui sera difficile de s’en passer complètement. Entre un et deux cafés me semble une moyenne raisonnable dans une journée. J’ajouterais qu’on parle beaucoup des risques liés au café, mais le thé doit, lui aussi, être consommé avec la même modération.

Trois repas idéals selon vous pour une femme enceinte?

Je conseille, pour le petit déjeuner, du thé, du café ou de la tisane et, soit du pain et de la confiture et un produit laitier, soit des céréales au lait et un fruit. A midi, des légumes crus ou cuits, de la viande ou du poisson, du pain éventuellement, un fromage ou un laitage et un fruit. Et le soir, des légumes et des féculents, de la viande ou du poisson en fonction de la portion prise à midi et un fruit. Seules les quantités de viande, poisson, oeufs et produits laitiers peuvent être connues précisément. Pour la quantité des autres aliments, il est vraiment important d’écouter son corps de manière à vraiment les adapter en fonction de votre faim et de votre satiété.

Combien de kilos peut-on prendre pendant sa grossesse?

Entre 9 et 12 kg. En prenant trop de poids, certaines femmes peuvent déclencher des diabètes gestationnels et éventuellement des problèmes d’hypertension qui peuvent provoquer des prééclampsies. D’autres femmes prenant plus de poids que la moyenne vivent une grossesse très épanouie sans présenter le moindre facteur de risque. Nous ne maîtrisons pas tout, car chaque corps est différent. En ayant une surveillance médicale mensuelle, les futures mamans peuvent être plus sereines.

Faut-il totalement renoncer à l’alcool?

Oui. On recommande aujourd’hui de ne plus boire du tout pendant la grossesse, et ce, quels que soient l’alcool et la quantité. Même un seul verre d’alcool peut être néfaste pour le bébé, surtout s’il est pris pendant certaines étapes clés de son développement. On le sait, boire régulièrement peut provoquer des lésions cérébrales irréversibles chez l'enfant à naître. Ainsi, je recommande aux futures mamans qui auront le sentiment de ne pas pouvoir se passer de leur verre quotidien de se faire suivre afin que la nonprise d’alcool ne soit pas un générateur de stress ou de nervosité. Par ailleurs, les futures mamans qui boivent régulièrement ne seraient pas les seules à faire prendre des risques à leur enfant. En effet, une femme enceinte qui consomme de l’alcool uniquement lors de sorties ou d’un bon repas met également en danger l’enfant qu’elle porte, car l’alcool traverse aisément la barrière placentaire et les concentrations d’éthanol dans le liquide amniotique atteignent alors des valeurs comparables à celles mesurées dans le sang maternel...

La modification de l’alimentation peut-elle déterminer le sexe de l’enfant?

L’idée même d’un tel régime est absurde, car aller au contraire d’une alimentation équilibrée entraînerait des carences. De plus, rien ne prouve scientifiquement que l’on puisse choisir le sexe de l’enfant. Par ailleurs, psychologiquement, une maman qui fait tout pour avoir un garçon et accouche finalement d’une petite fille parviendra-t-elle à cacher sa déception à son enfant? Je crois que l’on peut choisir beaucoup de choses aujourd’hui, mais pas le sexe de l’enfant! Et c’est tant mieux, laissons faire le hasard de la vie!

Share