La grossesse, une nouvelle aventure pour mon couple

Texte par:

Vous allez devenir mère et quelque chose en vous a changé; ni vous, ni votre compagnon n’êtes tout à fait les mêmes. Bientôt parents, votre regard sur l’avenir et sur la vie est différent. Projet l’agrandissement de la maison, d’une nouvelle voiture, interrogations diverses… et votre couple alors, on en parle ?

Ca y est, c’est officiel; vous allez devenir parents. Votre ventre ne s’est pas encore arrondi et la naissance future semble encore bien loin. Et pourtant, cette grossesse représente un changement majeur dans votre couple. Certaines, comme Emilie, mère de Leila 6 ans et enceinte de huit mois, ont eu de la chance: «Je suis tombée enceinte tout de suite et dès que je l’ai su, je me suis sentie merveilleusement femme. Quant à Cédric, il était aux petits soins, plus amoureux que jamais et profondément ému». D’autres ont dû faire face aux angoisses de leur compagnon. A l’instar de Claire, mère de Bastien 2 ans et demi et enceinte de huit mois: «La grossesse au début était quelque chose d’abstrait pour Patrick et il y a eu un décalage entre nous car, pour ma part, j’adorais ressentir ce qui se passait dans mon corps. Comme il ne comprenait pas bien ce qui était en train de se produire, il est devenu irritable, se vexant facilement. Il disait souvent: «Mais comment va-t-on faire?». En effet, il ne gagne pas encore beaucoup d’argent et, encore étudiante, je travaille dans une librairie trois jours par semaine. Moi, je sais qu’on s’en sortira, quoi qu’il arrive».

Des tensions qui gâchent la vie

«Dans notre cas, mon mari s’est clairement mis la pression tout seul, ce qui a parfois créé des tensions entre nous, en particulier durant les premiers mois de ma grossesse», raconte une blogueuse sur ma-tribu.fr. «En fait, Monsieur Étoile s’est projeté trop rapidement. Il a réalisé immédiatement que, dans neuf mois, nous serions trois et que ce serait la fin de notre vie à deux. En outre, il s’est vite rendu compte que ça bouleverserait ses habitudes. Par exemple, il adore aller aux concerts ou boire des verres. Et ce, parfois en semaine. Mais tout ça serait forcément plus compliqué avec un bébé». Et d’ajouter: «lorsqu’il était de mauvaise humeur en début de grossesse, j’avais quand même droit à des phrases cinglantes, du genre: «c’est toi qui l’a voulu, ce bébé!» ou: «je m’en fiche, de lui!», quand j’osais me plaindre de mes maux de grossesse… Il était d’une mauvaise foi énorme, clairement… Et complètement maladroit».

J’étais terrorisée à l’idée d’être exclue de notre groupe d’amis pour qui faire un bébé relevait purement et simplement de la science-fiction». Charlotte, mère de Sidonie, 2 ans et trois mois

Epuisées, certaines se traînent comme des âmes en peine Dans le couple de Charlotte, maman de Sidonie 2 ans et trois mois, c’est elle en revanche qui appréhendait le plus: «J’étais épuisée, je me trainais comme une âme en peine et je me demandais comment nous allions nous organiser après la naissance de la petite. J’étais terrorisée à l’idée d’être exclue de notre groupe d’amis, pour qui faire un bébé relevait purement et simplement de la science-fiction. En effet, nous étions les premiers de la bande à avoir un bébé et ce n’est pas une position facile croyez-moi! 

Share