Une crinière au top en attendant bébé!

Texte par:

Sublimes pendant la grossesse, les cheveux tombent souvent après la naissance de bébé. Rassurez-vous; il existe des astuces pour optimiser leur éclat durant la grossesse et minimiser leur chute lorsque le problème se présente.

Ce n’est pas une légende; les cheveux des femmes enceintes sont souvent sublimés pendant la grossesse. Pourquoi cela? Parce qu’ils sont très sensibles à la poussée d’hormones qui accompagnent la grossesse. Le placenta libère en effet une forte dose de progestérone mettant la phase de repos et de vieillissement du cycle pilaire à l’arrêt. Jusqu’à l’arrivée du bébé; les futures mamans ont ainsi la sensation que leurs cheveux sont plus épais et qu’ils poussent plus rapidement qu’en temps normal. Les cheveux peuvent également être moins gras en raison de la réduction de la sécrétion de sébum, là aussi grâce aux estrogènes. La femme enceinte bénéficie donc en général d'une crinière au top de sa forme.

Toutefois, ces variations hormonales produisent parfois l’effet inverse. Résultat, la fibre se fait cassante, terne, et les cheveux même très secs deviennent gras. Cela dépend de la quantité des hormones secrétées durant la grossesse. Les glandes sébacées régulent la sécrétion de sébum au niveau de la peau et du cuir chevelu. Avec le bouleversement hormonal engendré par la grossesse, elles perdent leur équilibre et en produisent trop ou trop peu. Du coup, certaines femmes - en fonction de leur situation de départ - se retrouvent avec une chevelure de reine et d’autres avec au choix, un effet paille ou gomina.

Dans ce cas, n’hésitez pas à les laver aussi souvent que nécessaire avec un shampoing doux pour usages fréquents. Par contre, les couleurs ne sont pas indiquées. Les teintures naturelles sont tout de même préférables, car moins agressives. Il est préférable d’attendre jusqu'au quatrième mois au minimum pour se teindre les cheveux, moment où les organes vitaux du bébé seront déjà formés, de même que sa tête, son corps et ses extrémités. Et on garde à l’esprit, qu’avec les variations hormonales, la couleur choisie peut virer. Eh oui, les hormones nous jouent parfois de mauvais tours, même si rien ne nous permet à ce jour de dire si la couleur va systématiquement changer pendant la grossesse. Il se peut néanmoins que les cheveux ne réagissent pas tout à fait de la même manière que d’habitude à la coloration. Donc si l’on ne peut résister pendant neuf mois au besoin de se faire une coloration, on prend rendez-vous chez son coiffeur histoire d’avoir l’avis d’un professionnel; l’enjeu en vaut la peine. Profitez-en pour lui parler des produits les mieux adaptés à votre nature de cheveux. Et demandez-lui de rafraîchir votre coupe. Vous renforcerez vos cheveux. Un conseil: optez pour une coupe qui ne nécessite pas un rafraîchissement trop fréquent.

Attendez-vous, après l’accouchement, à perdre tous les cheveux qui auraient dû tomber avant la naissance et dont la chute a été retardée par un taux élevé d’hormones

Bébé venu au monde, les choses se complexifient. Le placenta expulsé, le taux d’hormones chute considérablement et les cheveux commencent à tomber. La crainte d’avoir une calvitie touche alors beaucoup d’entre nous, alors même que nous sommes fragilisées psychologiquement.

Stéphanie témoigne: «Ce n’est pas après la naissance de Nathan que j’ai perdu mes cheveux, mais quatre à six mois après mon accouchement. C’est simple; ils tombaient par poignées; j’étais terrorisée. Mais bizarrement, mon entourage ne s’en est pas aperçu et le traitement antichute que j’ai suivi a été assez efficace». Marine, pour sa part a «vu sa chevelure diminuer de moitié après la grossesse». «Mais, précise-t-elle, mon médecin m’a rassurée en me disant que je perdais tous les cheveux qui auraient dû tomber avant la naissance et dont la chute a été retardée par un taux élevé d’hormones». La nature ne fait alors que rattraper le temps perdu!

Peut-on limiter le phénomène, cependant? Oui, en évitant les mauvais gestes. Misez sur le naturel plutôt que sur un blond platine ou un lissage pour commencer. Essayez également de vous passer pour un temps de votre sèche-cheveux. Sauf si vous l’utilisez à froid. La chaleur soufflée n’est jamais bénéfique, sachez-le.

Une fois par semaine et ce, durant trois à quatre minutes, massez-vous le crâne avec les doigts joints, en effectuant des rotations et par un mouvement vers l’extérieur, depuis la nuque vers le sommet du crâne. Puis, effectuez de petites vibrations du front vers le sommet de la tête. Enfin, à l’aide de vos paumes, exercez une pression et laissez glisser les mains du front vers la nuque. Résultat: un cuir chevelu détendu pour assurer une pénétration optimale des produits de soins. Ce massage nourrit aussi le cheveu en l’irriguant à la racine, ce qui favorise sa longévité.

S’il ne vous est pas possible de suivre certains traitements anti-chute tant que vous allaitez, vous pouvez tout de même recourir aux produits de soins pour les redynamiser. Choisissez des shampoings destinés aux cuirs chevelus très sensibles, riches en vitamine B et/ou en huiles essentielles (organe, lavande, romarin, verveine) afin de leur donner un coup de fouet. Si en revanche, vous constatez une perte anormale de cheveux sur une trop longue période, n’hésitez pas à consulter un dermatologue en sachant que l’alopécie (chute de cheveux) n’est traitée qu’une fois l’allaitement terminé.

De beaux cheveux avant et après bébé

  • Les huiles végétales sont parfaites pour nettoyer le cuir chevelu, mais il ne faut pas oublier, qu'en revanche, les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes.
  • Si vous suivez une préparation à la naissance en piscine, attention car l’eau chlorée est très agressive pour les cheveux. Mais il existe des soins préventifs à appliquer avant ou après le bain.
  • Le sèche-cheveux et le fer à lisser sont déconseillés puisqu'ils chauffent le crâne et stimulent les glandes sébacées, donc graissent les cheveux (et peuvent abîmer ceux déjà ternes).
  • Un régime équilibré, contenant tous les nutriments indispensables, permet d'améliorer la pousse et de limiter la chute des cheveux. Parmi les éléments utiles: la cystine, les vitamines B2, B5, B6.
  • Lorsque la femme allaite, la chute des cheveux est généralement plus tardive, lors du sevrage de l'enfant.
Share