Vrai ou Faux? Les vraies et les fausses idées sur la maternité

Ventre rond femme enceinte

Texte par:

Retrouve-t-on plus rapidement la ligne si on allaite? Le soleil peut-il être néfaste, même en hiver? Le futur papa peut-il lui avoir des coups de blues? Babymag.ch vous répond et n’hésite pas à bousculer les idées reçues en matière de grossesse et de maternité.

Gare au soleil quand je suis enceinte

VRAI

Si cet hiver, vous avez la chance de partir skier, soyez très vigilante, même si vous tenez absolument à avoir ce joli teint hâlé. En hiver, le soleil peut occasionner des taches brunes inesthétiques sur le pourtour du visage : le fameux masque de grossesse. Il est donc primordial de se protéger avec de l'écran total ; appliquez une crème solaire à l'indice le plus élevé. Mettez casquette et chapeau sur la tête et chaussez vos lunettes de soleil.

Les sports d’hiver sont déconseillés

VRAI

Sauf contre-indication médicale, une activité physique modérée est conseillée durant la grossesse. Mais la plus grande prudence est conseillée en montagne, car une chute, surtout sur le ventre, peut être dangereuse pour le bébé. Alors, évitez le ski alpin au-delà du quatrième mois ou le ski de fond après le sixième mois. Par ailleurs, restez toujours en dessous de 2 000 mètres, sinon gare au mal des montagnes. En balade, attention au risque d’entorses ou de foulures, plus important lorsque l’on est enceinte. La progestérone provoque une distension des ligaments et, comme le centre de gravité du corps est déplacé vers l’avant par le volume de l’utérus, l’équilibre devient instable. Equipez-vous de bonnes chaussures emboîtant bien la cheville. 

Si vous voulez perdre des kilos, allaitez !

VRAI

Pour une fois, serait-on tenté de dire, Mère Nature a bien fait les choses. Certains kilos en trop pris en attendant bébé, constituent en effet une sorte de réserve pour l’allaitement. Les graisses accumulées ne sont plus stockées dans les tissus adipeux mais sont utilisées par les glandes mammaires dans la production de lait. C’est pour cette raison que les mamans qui allaitent peuvent revenir plus vite à leur poids de départ. Cependant, la perte des kilos indésirables est corrélée à la durée de l’allaitement.

Si j’ai dépassé le terme, ça ne présente aucun risque

FAUX

Le terme de la grossesse est établi à 41 semaines d’aménorrhée plus 3 jours : c’est la durée de gestation prévue par la nature. Au-delà, le placenta vieillit et apporte moins d’oxygène et de nutriments nécessaires au fœtus. Une quantité insuffisante du liquide amniotique représente également un danger potentiel. Ce n’est pas pour rien que les futures mamans dépassant 42 semaines d’aménorrhée bénéficient d’une surveillance du rythme cardiaque de l’enfant et de l’état du liquide amniotique tous les deux jours. La décision de déclencher l’accouchement appartient au médecin.

Porter des bas de contention, c’est mieux

VRAI MAIS…

C’est vrai, les kilos pris pendant la grossesse dans le haut du corps pèsent sur les jambes. Ajoutons à ce phénomène le ralentissement de la circulation dû aux hormones et le risque de gonflement des membres inférieurs augmente. Œdèmes, varices… il est possible d’anticiper ces désagréments en portant, notamment, des bas de contention. Mais attention, il faut les enfiler couchée, de préférence le matin pour une efficacité optimale. Il est évident que l’été, on n’a pas très envie de mettre des collants mais la chaleur n’étant pas votre alliée, il faudra, si la situation l’exige, vous y résigner.

Une femme est fertile 14 jours après le début des règles

FAUX

Les spécialistes estimaient jusqu’à aujourd’hui que l’ovulation, et donc la période fertile, survenait 14 jours après le début des règles pour les femmes ayant des cycles de 28 jours. Mais une étude a révélé depuis, que ce jour précis ne concerne que 30% des femmes. Sans compter que nous avons toutes des natures différentes et cela peut contrarier le calcul. Certaines femmes ont des cycles de 35 jours, d’autres de 26 jours. Enfin, même si les femmes sont fertiles durant la période des jours de l’ovulation, située plutôt au début du cycle, celle-ci peut se déclencher à un autre moment, provoqué par un évènement qui perturbe le rythme quotidien : décès d’un proche, vacances, ou rapport sexuel intense… d’où une simple estimation du terme de la grossesse, jamais fiable à 100%.

Une césarienne en entraîne une autre

VRAI ET FAUX

Il est vrai que, d’un point de vue statistique, la moitié des femmes qui ont accouché une première fois par césarienne connaissent le même mode d’accouchement ; c’est le cas notamment des futures mamans ayant un bassin trop étroit. Mais si en revanche, l’obstétricien a choisi la césarienne une première fois à cause d’une stagnation anormale du travail ou d’une souffrance fœtale au cours de l’accouchement, une autre césarienne n’est pas obligatoirement conseillée pour l’enfant suivant.

Les cicatrices changent d’aspect pendant la grossesse

VRAI 

Bien sûr, ce n’est pas systématique mais il est tout à fait possible que d’anciennes cicatrices se transforment pendant la grossesse et ne retrouvent leur aspect normal qu’après l’accouchement. Elles peuvent devenir rougeâtres ou brunes, s’épaissir, être plus sensibles. A quoi doit-on un tel changement ? Aux modifications des flux d’hormones. N’hésitez pas à un informer le médecin qui suit votre grossesse.

Les jumeaux naissent plus tôt que prévu

VRAI

Les jumeaux viennent au monde en avance ; en général quinze jours ou trois semaines plus tôt que les autres bambins. Ils ne sont pas considérés comme des prématurés puisque c’est la durée normale d’une grossesse gémellaire. Cependant, les risques de réelle prématurité sont accrus lorsque l’on attend plus d’un bébé, et 10% des femmes enceintes de jumeaux accouchent à 34 semaines ou avant. Il est donc conseillé de prendre deux fois plus de précautions ; pas de stress, du repos, arrêt de travail précoce, etc.

Le baby blues atteint aussi les papas

VRAI

Les futurs pères peuvent aussi être vulnérables. Selon plusieurs études, la dépression touche de 6,5 % à 11,5 % des pères durant la grossesse. Pour un homme, accompagner la maman lors de la grossesse peut être éprouvant car certaines d’entre nous sont parfois exigeantes et estiment que leur compagnon doit donner de son temps et de lui-même, sans réaliser parfois qu’il n’en est pas capable sur le moment. Or, le futur papa qui assure souvent les travaux pour accueillir bébé et qui n’est pas forcément toujours mature sur le plan psychologique doit pouvoir lui aussi exprimer sa fatigue, ses besoins ... Si chacun se sent entendu, reconnu dans ses difficultés, il aura moins de mal à comprendre celles de l’autre. Conclusion : ne présupposez-pas que votre homme est d’airain et sachez offrir une oreille attentive à ses éventuelles plaintes. Lui reconnaître ce droit à un moment de faiblesse, un petit passage à vide, c’est l’aider à coup sûr à le surmonter plus vite.

Share